Comprendre le téléviseur LED

Partagez

Pour ce deuxième article consacré aux technologies de l’écran LED, c’est la fidélité des couleurs qui est en question et notamment la notion de wide gamut, synonyme de couleurs plus riches et plus intense.

 

La France à l‘origine de la couleur unifiée

Il y a désormais plus d’une centaine d’années que les industriels travaillant avec la couleur ont eu la volonté de répondre à une question somme toute assez simple. Si je peins ma voiture en bleu et que je veux qu’à l’autre bout de la planète quelqu’un utilise exactement le même bleu, comment puis-je lui indiquer simplement de quel type de bleu il s’agit ? Si je dis bleu océan, est-ce le même bleu si je suis sur l’atlantique ou sur une plage du pacifique ? Bref, il fallait trouver une solution sans aucune ambiguïté sur le sujet pour décrire précisément chaque couleur. Une commission internationale composée de scientifiques français, belges, canadiens et suisses est donc crée en 1913. Et comme à l’époque le rayonnement du français en tant que langue technique était autre que ce qu’il n’est aujourd’hui, cette commission fut nommée CIE ou Commission Internationale de l’Eclairage. En 1931, Elle élabore un diagramme représentant toutes les couleurs visibles par l’œil humain assorti d’un système de codage décrivant chaque nuance. Ce diagramme, baptisé CIE-1931, est encore aujourd’hui celui utilisé par les téléviseurs pour décrire l’étendu des couleurs qui peuvent être affichées. Pour chaque appareil, on trace un triangle sur le diagramme et toutes les couleurs à l’intérieur du triangle peuvent être affichées par l’appareil. Assez intuitivement, plus le triangle est grand, plus le nombre de couleurs est important et c’est ainsi qu’est née la notion de wide gamut, décrivant un espace colorimétrique plus étendu.

 

Des couleurs plus riches mais pourquoi ?

Avec le développement des rétro-éclairages LED, les téléviseurs font désormais des prouesses quand il s’agit d’afficher des couleurs riches et précises. Les téléviseurs wide gamut connaissent plus de couleurs, jusqu’à plusieurs milliards. Mais ces couleurs, encore faut-il que nos films et jeux vidéo soient capable de les générer et c’est bien le cas aujourd’hui. Côté cinéma, les œuvres sont filmées dans un espace colorimétrique bien plus large que celui des téléviseurs. Avec l’arrivée des Blu-ray Ultra HD, nous allons désormais pouvoir profiter de ces couleurs bien plus riches, telles qu’elles ont été filmées. C’est notamment vrai dans le vert, avec une intensité et une précision inégalée. Certains services de streaming comme Netflix proposent aussi du contenu wide gamut et là encore, si vous n’avez pas le téléviseur approprié, vous n’en profiterez pas. Sans aller jusque-là, sachez aussi que si vous avez un appareil photo reflex, il y a fort à parier qu’il vous propose dans le menu d’utiliser un espace colorimétrique plus large que le standard habituel en informatique, dénommé sRGB. Si vous disposez d’un écran de téléviseur capable de rendre ces couleurs, vous pourrez redécouvrir vos clichés sous un jour nouveau, surtout s’il s’agit d’un écran Ultra HD !

 

Paré pour l’avenir

Au-delà de l’appellation wide gamut, l’étendue du spectre des couleurs connues par un téléviseur a son importance pour les certifications à venir. Ainsi, pour avoir la certification de qualité Ultra HD Premium, les téléviseurs doivent, entre autre, disposer d’un espace colorimétrique couvrant au moins 90% du spectre DCI-P3, l’espace colorimétrique en vigueur dans l’industrie du cinéma aux Etats-Unis. C’est le cas par exemple du Xclusive.X1 avec plus de 96% du spectre DCI-P3 couvert !